Questions fréquentes

  1. Comment s’inscrire à l’université ?
  2. Ai-je besoin d’un visa ?
  3. Faut-il parler parfaitement français pour s’inscrire dans un établissement d’enseignement supérieur ?
  4. Comment faire un stage en France ?
  5. Combien coûte une inscription en France ?
  6. Comment se loger ?
  7. Comment faire reconnaitre un diplôme professionnel obtenu dans un autre pays ?

1- Comment s’inscrire à l’université ?

Je suis citoyen italien ou ressortissant(e) d’un pays membre de l’UE ou assimilé et je veux m’inscrire dans un établissement d’enseignement supérieur français. Comment dois-je procéder ?

Les modalités d’inscription varient selon trois facteurs :

  • Le type de mobilité que vous avez choisie (individuelle ou dans le cadre d’accords d’échange comme le programme erasmus)
  • La catégorie d’établissement dans lequel vous souhaitez vous inscrire (université, grandes écoles, autre…)
  • Le niveau d’études visé (Licence 1, 2 ou 3, Master, Doctorat)

Vous trouverez toutes les informations relatives aux différentes procédures d’inscription à la rubrique "Comment s’inscrire".

Je ne suis pas ressortissant(e) d’un pays membre de l’UE ou assimilé, je réside en Italie et je voudrais m’inscrire à l’Université en France. Comment dois-je procéder ?

S’il s’agit d’une inscription en première année, il faut faire une demande d’admission préalable – Université (DAP).

Il s’agit d’un dossier de demande d’inscription en Licence (première année) dans une université française qui s’adresse aux étudiants non ressortissants d’un pays membre de l’UE ou assimilé, résidents en Italie et non titulaires du baccalauréat français et n’ayant pas effectué un parcours universitaire dans un des pays signataires du Processus de Bologne. Il est communément appelé « Dossier blanc ».

Le dossier et la notice explicative peuvent être :

Le dossier est à déposer ou à envoyer complet (rempli, daté, signé et accompagné de tous les documents justificatifs) du 15 novembre au 22 janvier de l’année précédant l’année universitaire (cachet de la poste faisant foi) à l’adresse suivante : 

Ambassade de France en Italie
Service de coopération et d’action culturelle
Coopération universitaire/Dossier DAP
Piazza Farnese, 67
00186 Roma

Note : Dans le cadre de la procédure d’admission préalable, les étudiants étrangers doivent passer un examen de compréhension de la langue française, le TCF/DAF, qui se tient en février dans les Instituts Français de Rome et Milan.

Cet examen est organisé par le Centre international d’études pédagogiques (CIEP).

Il comporte un test sous forme de questionnaire à choix multiples (QCM) et une épreuve d’expression écrite. Ces épreuves sont destinées à évaluer le niveau de compréhension de la langue française de l’étudiant et ses capacités particulières à suivre un cours d’enseignement supérieur.

L’examen est payant. Pour la rentrée universitaire 2015-2016, il est de 68 euros.

Pour de plus amples informations sur le test, voir le site du Ciep.

Certains étudiants peuvent être dispensés du test de connaissance du français pour la demande d’admission préalable. Cette dispense concerne :

* les étudiants des États où le français est la langue officielle (Bénin, Burkina Faso, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée-Conakry, Mali, Niger, République Démocratique du Congo, Sénégal, Togo) ;

Attention : l’Algérie, le Maroc, le Liban et la Tunisie ont pour seule langue officielle l’arabe. Le français n’y est qu’une langue à statut particulier. Les candidats de ces quatre pays sont donc bien concernés par le TCF pour la DAP. Par ailleurs, les ressortissants des pays multilingues où le français est langue officielle (Burundi, Cameroun, Canada, Centrafrique, Comores, Djibouti, Haïti, Madagascar, Mauritanie (sauf filière arabophone), Rwanda, Seychelles, Suisse, Tchad, Vanuatu) doivent, pour être dispensés du TCF pour la DAP, avoir effectué la totalité de leurs études secondaires dans un établissement de langue française.

les étudiants non français, issus des sections bilingues françaises figurant sur une liste établie conjointement par les ministères en charge de l’éducation nationale et des affaires étrangères ;

* les titulaires du diplôme approfondi de langue française (DALF), niveaux C1 ou C2 du cadre européen commun de référence ;

* les titulaires du diplôme d’études en langue française (DELF) niveau B2 ;

* les candidats qui ont déjà passé le test organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris et ont obtenu la note de 14/20 aux épreuves écrites de ce test.

 

2- Ai-je besoin d’un visa ?

Les étudiants non ressortissants d’un pays membre de l’UE ou assimilé partant pour des des études de plus de trois mois (dans le cadre d’un échange – type Erasmus – ou non) sont soumis à l’obligation de visa de long séjour pour entrer et séjourner en France.

Le demandeur de visa doit se présenter en personne au Consulat, uniquement sur rendez-vous, muni de la totalité des documents suivants ainsi que de leurs photocopies :

  • le formulaire de demande de visa long séjour dûment rempli en 2 exemplaires, mais que vous signerez au Consulat ;
  • le formulaire "demande d'attestation OFII". Ne remplir que la première partie :"rubriques à remplir lors de la demande de visa" ;
  • le passeport et le permis de séjour italien en cours de validité, Les demandeurs de visa devront veiller à ce que la durée de validité du passeport couvre la durée de validité du séjour sollicité augmenté de 3 mois ;
  • l’original de la pré-inscription à l’université ou dans l’établissement supérieur qui sera fréquenté en France (avec une preuve du paiement des frais), ou le justificatif de recrutement par l’établissement hospitalier ou universitaire (dans le cas des internes en médecine) ;
  • les diplômes universitaires obtenus et/ou les bulletins scolaires et l’original de tous les diplômes ou des relevés de notes obtenus, depuis le diplôme de fin d’études secondaires jusqu’à l’année en cours ;
  • les justificatifs de ressources pour la durée du séjour envisagé (extraits de compte bancaire des 6 derniers mois, justificatifs de bourses obtenues, etc..) ;
  • pour les stagiaires, la convention de stage (signée par toutes les parties) ou l’accord de la Direction Départementale du Travail en France ;
  • 2 photos d’identité de face, sans couvre-chef, sur fond uni (blanc- gris clair) ;
  • 99 euros en liquide non remboursables ;

Plus d’information sur la page dédiée du Service Consulaire.

Je voudrais m’inscrire à un programme de cours de français en France, puis-je obtenir un visa étudiant dans ce cas ?

Les critères académiques pour l’accord des visas ayant récemment changé, le fait de se rendre en France pour y suivre un cours de langue et de culture françaises ne constitue plus un motif suffisant pour l’accord d’un visa étudiant. Seuls ceux qui se rendent en France pour suivre un programme universitaire menant à un diplôme de l’enseignement supérieur, dans le cadre d’un échange ou à titre individuel, peuvent obtenir un visa étudiant.

Je souhaite passer quelques mois en France "au pair", s’agit-il d’un statut particulier ?

Il existe un visa particulier ; le visa "Stagiaire -aide familiale", qui correspond au statut de "au pair".

Attention : il faut remplir quelques conditions bien spécifiques pour pouvoir y prétendre :

  • Un stagiaire - aide familial est accueilli dans une famille française et vient poursuivre des études dans le but de perfectionner ses compétences linguistiques et d’accroître sa culture générale par une meilleure connaissance du pays de séjour. Une inscription ou une préinscription dans un établissement d’enseignement sera donc demandée. Un minimum de 10 heures de cours hebdomadaires est généralement demandé.
  • Le stagiaire doit avoir entre 18 et 30 ans.
  • Un "Accord de placement" entre le stagiaire et la famille d’accueil doit être présenté. Il doit impérativement avoir été visé en France par la Direction départementale pour le Travail, l’emploi et la formation professionnelle (DDTEFP).
     

3- Faut-il parler parfaitement français pour s’inscrire dans un établissement d’enseignement supérieur ?

Aucun texte ne détermine à un niveau national le niveau de français requis pour pouvoir venir étudier dans un établissement d’enseignement supérieur français. La plupart des universités exige cependant un niveau DELF B2 ou C1 minimum et demanderont aux étudiants qui n’en sont pas titulaires de passer un examen de niveau de français (le test de connaissance du français). Il faut donc s’informer auprès de chaque établissement afin de connaître leurs exigences.

De nombreux universités et établissements proposent, en France comme en Italie, des cours de perfectionnement de français :

Apprendre le français en France
Apprendre le français en Italie
Pour en savoir plus sur les certifications en langue française
 

4- Comment faire un stage en France ?

Pour effectuer un stage il faut être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur afin de disposer d’une convention.

Pour en savoir plus, consulter le « Guide des stages » du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Sachez par ailleurs que les programmes Erasmus + et Eurodyssée aide les étudiants qui désirent effectuer un stage pendant leurs études à l’étranger.

Vous pouvez également consulter le site de la Camera di Commercio Italiana per la Francia qui publie régulièrement des offres de stages.
 

5- Combien coûte une inscription en France ?

S’inscrire dans une université ou un établissement public coûte en moyenne de 184€ à 610€ par an.

Ces frais peuvent être plus élevés dans d’autres cas (inscription dans un établissement privé, Sciences-Po Paris, etc…).

Dans le cadre d’un échange Erasmus, l’étudiant paye uniquement les droits d’inscription dans son établissement d’origine.
 

6- Comment se loger ?

D’une manière générale, c’est à l’étudiant de chercher son logement, qui n’est pas fourni par l’université.

Rappelons toutefois qu’il existe des aides au logement (Aides Personnalisée au Logement ou APL) dont peut théoriquement bénéficier tout étudiant inscrit dans une université française.

Pour tout renseignement, consulter la section Logement du site Internet de Campus France Italie.
 

7- Comment faire reconnaitre un diplôme professionnel obtenu dans un autre pays ?

Il appartient aux employeurs intéressés d’apprécier si les titres présentés consacrent les connaissances appropriées à l’emploi postulé, sauf en ce qui concerne les professions réglementées par des directives de l’Union Européenne qui rentrent dans le cadre du processus de Bologne.

Il peut être utile de s’adresser au Centre ENIC-NARIC France afin de demander une attestation de comparabilité qui facilitera la reconnaissance de ces diplômes.